Qu’est-ce que l’Outreach Marketing ?

De nombreuses entreprises produisent du contenu en masse afin de sortir du lot et d’être visible par le plus grand nombre de personnes. Cette tendance est dû au fait que la concurrence est de plus en plus accrue et cela peut importe le secteur d’activité.

Vous pouvez passer des jours et des jours à créer du contenu de qualité pour votre cible, puis à investir votre temps et votre énergie dans la promotion de contenu sur différents médias sociaux, en étiquetant différents groupes, puis en les partageant à nouveau à chaque fois, sans obtenir de résultats. Voilà à quoi se confrontent beaucoup d’entreprise à ce jour.

Définition

L’outreach marketing est également appelé marketing de proximité. L’objectif de cette pratique est intimement liée aux relations humaines étant basée sur l’entraide même.
En effet, cette méthode est utilisée entre entreprise d’un même secteur, centre d’intérêt, objectif commun pour promouvoir ses contenus. Ici, le contenu est présenté à une autre entreprise ayant un site influent qui va pouvoir en retour aider à promouvoir le contenu et par conséquent à apporter du trafic qualifié.

Ainsi, on peut dire que l’outreach marketing est un processus qui implique la recherche de sites à forte notoriété ayant des intérêts communs aux vôtres. De plus, selon une étude, 83 % des internautes croient aux produits et services qui leur ont été recommandés par leurs pairs ou par des sites optimisés au maximum.

Lorsque ces sites à fort trafic entrant recommandent votre site, les internautes seront curieux de visiter votre site, ce qui vous apportera un trafic qualifié grâce à cet intermédiaire.

Mais concrètement, comment faire en sorte qu’un site à forte notoriété fasse de la publicité gratuitement pour votre site ?

Les stratégies à adopter

Soyez toujours en a/b testing avec votre audience cible pour capter l’attention de nouveaux consommateurs. Vous pourrez visualiser quelle stratégie fonctionne le mieux et par conséquent, vous pourrez l’adopter pour votre audience.

Vous pouvez par exemple, organiser un événement pour les influenceurs afin de promouvoir votre marketing de proximité. Cet évènement doit attirer les influenceurs, afin qu’ils puissent promouvoir vos produits et services dans leur réseau.

De même, vous pouvez rédiger des articles de blog sur votre parcours, vos moments difficiles, vos bons moments, la façon dont vous avez traité votre projet, etc. Vous devez créer votre histoire et vos valeurs pour que la relation soit authentique. Le fait de partager ces moments personnels avec votre audience cible, développe un lien émotionnel avec votre public.

Il est préférable d’opter pour des campagnes naturelles pour jouer sur l’authenticité et la simplicité. Le fait d’avoir des influenceurs passionnés pour promouvoir votre marque vous aidera certainement à élargir votre portée par la suite. Vous devriez également essayer de trouver les bonnes plateformes pour que vos partenaires, vos pairs et vos publics soient présents et actifs.

Le marketing de proximité est la nouvelle stratégie que de nombreux annonceurs et agences de communication et de webmarketing ont choisi. Découvrez les avantages mais aussi les inconvénients de ce type stratégie, afin de pouvoir l’utiliser en toute conscience.

Les avantages

1) Atteindre la bonne cible


L’objectif principal de toute entreprise est d’entrer en contact avec la bonne cible, afin d’obtenir un nombre de conversions important. Cela peut être fait traditionnellement mais grâce à l’outreach marketing, vos performances seront plus rapides et bien plus qualitatives. Vous entrerez en contact avec un influenceur qui a les mêmes intérêts que vous et vous serez ainsi exposé aux publics qui ont montré de l’intérêt pour l’influenceur.

En effet, si votre audience cible remarque votre contenu grâce à un site partenaire au vôtre, il souhaitera également visiter votre site pour voir vos produits et/ou services. Par conséquent, un certain nombre de personnes vont se diriger du site de l’influenceur vers votre site Web, et votre trafic va considérablement augmenter.

2) Effet rapide


Souvent, lorsque vous menez des campagnes sur les réseaux sociaux ou d’autres campagnes publicitaires, vous devez faire preuve de patience car les résultats peuvent prendre un certain temps avant d’apparaître. Mais lorsque vous optez pour l’outreach marketing, vous avez une chance de constater des résultats plus rapides. Cela est dû au fait que vous exposez votre contenu à un site qui a beaucoup de trafic et que l’intérêt de l’influenceur correspond à votre marque.

Mais vous devez également vous assurer que vous avez créé un contenu à valuer ajoutée et attrayant pour votre cible. Les sites des influenceurs que vous aurez choisi vont vous offrir un espace de publication pour votre contenu et vous devrez donc faire en sorte que celui-ci soit intéressant pour votre audience cible afin de les amener à visiter votre site, à minima.

3) Assez efficace


On dit souvent que l’outreach marketing commence lorsque le marketing traditionnel s’arrête. Cette affirmation est vraie, car vous pouvez obtenir de vrais résultats. Vous pouvez placer votre contenu sur de nombreux sites influents et commencer à recevoir du trafic de tous ces sites.

Vous pouvez cibler à nouveau ces internautes sur votre site pour leur proposer des publicités personnalisées qui les aideront à se transformer en clients potentiels. Avec le bon type de stratégie d’outreach marketing, vous pouvez générer plus de leads qualifiés et de conversions de la manière la plus efficace possible.

Comme rien n’est parfait, il existe quelques petits inconvénients à connaître face à cette stratégie.

Les inconvénients

1) Une mauvaise sélection de site influent


Si vous avez choisi le mauvais influenceur, les visiteurs de son site ne s’intéresseront pas à votre contenu et vous n’obtiendrez pas de trafic sur votre site web.

De même, si vous mettez en ligne un contenu illégal, les clients risquent de ne pas le trouver intéressant, de ne pas le lire entièrement et, bien sûr, de ne pas accéder à votre site Web. Ainsi, lorsque vous choisissez un support pour optimiser votre diffusion auprès de votre public, vous devez être très clair sur les éléments que vous allez partager avec votre public.

2) Consommation de temps


Il n’est pas si facile de tomber sur le bon influenceur. Vous devez rechercher différents sites qui sont dans votre zone d’intérêt, qui ont un bon trafic et qui, en même temps, acceptent les demandes de recommandations. Une fois que vous avez obtenu une liste de ces sites, vous devez leur envoyer une demande et attendre une approbation. Les sites vérifient généralement votre site et décident ensuite s’ils peuvent vous recommander ou non.

Tout cela ne s’arrête pas là. Il y a un certain nombre de choses que vous devez maintenir pendant que vous mettez votre contenu sur le site. Vous devez prendre soin des bonnes règles de création de contenu afin que votre contenu puisse attirer les téléspectateurs, et aussi vous devez suivre les règles et conditions du site. Les sites d’influenceurs fixent un certain nombre de règles concernant la rédaction des contenus afin que le site puisse maintenir son classement SEO. Il existe également un certain nombre de règles de soumission qui doivent également être respectées.

3) Coûts élevés


Si vous êtes au courant des méthodes et procédures de ce type de marketing de proximité, cela peut être une excellente chose pour vous. En effet, aujourd’hui, la plupart des entreprises et des marques ne sont pas des professionnels du marketing de proximité ou n’ont pas le temps et la patience d’investir dans une telle campagne de marketing. Dans ce cas, la plupart du temps, elles ont tendance à embaucher un expert qui peut prendre en charge toutes les activités.

Comme le marketing de proximité est connu pour être l’une des stratégies les plus efficaces pour obtenir du trafic, ces experts sont des personnes qui investissent leurs meilleures compétences et beaucoup de temps pour vous fournir les meilleurs résultats. En retour, ils facturent des honoraires élevés. Cela rend le processus de marketing de proximité un peu coûteux si vous ne le gérez pas tout seul.

Comment rédiger une landing page parfaite ?

Saviez-vous que 98% des internautes n’achèteront pas sur votre site ?

Or, si vous ne le savez pas encore, une landing page efficace peut augmenter de +300% vos conversions et de +144% votre nombre de prospects.

Vous hésitez encore ? Vraiment ?

Qu’est-ce qu’une landing page ?

Il s’agit d’une page web créée spécialement pour assurer la promotion d’un contenu, rattaché à un site web. Appelée également « page d’atterrissage » en français, elle est un élément indispensable dans les stratégies d’Inbound marketing.

L’internaute arrive sur cette page après avoir cliqué sur un lien provenant de votre site web, de vos réseaux sociaux ou encore d’une bannière publicitaire à titre d’exemples.

L’internaute, comme tout consommateur, a besoin d’obtenir des informations rapidement et simplement. C’est pourquoi il est important de proposer du contenu pertinent et parfaitement ciblé.

Aujourd’hui, la page d’entrée d’un site n’est plus obligatoirement la page d’accueil classique, car une landing page peut être pertinente pour obtenir plus de conversions, mettant en avant le produit ou le service recherché.

Les landings pages ont deux objectifs principaux :

  • Générer des leads en incitant l’internaute à télécharger du contenu ou à s’inscrire à un évènement en échange d’un mail via votre formulaire
  • Convaincre l’internaute de passer commande (d’un produit ou d’un service) et on parle alors de « jump » ou « click-through pages » grâce à un call-to-action.

Avant de vous lancer, pensez-bien que chaque landing page représente un seul contenu premium !

Les éléments d’une landing page

Cette page présente succinctement les valeurs du contenu promus et le met à disposition des internautes dans un but de récolter des informations (email / nom / prénom à minima) via un formulaire.

Il est primordial que votre landing page contienne :

  • Un titre accrocheur
  • Le logo de votre entreprise
  • Une brève description de votre contenu, incluant ses apports pour l’internaute
  • A minima, un visuel
  • Un formulaire pour obtenir les coordonnées des leads
  • Un call-to-action pour acheter / télécharger / s’inscrire…
  • Les icônes de vos réseaux sociaux pour inciter au partage
  • (Témoignages clients sur votre offre) -> élément de réassurance

Focus sur le formulaire : un élément clé

En général, les internautes sont assez frileux pour donner leur coordonnées.

Afin de ne pas les effrayé par trop de contenu et d’informations à délivrer, plus es champs de votre formulaire sont peu nombreux, plus votre taux de conversion sera bon. Vous pouvez, par conséquent, demander uniquement le mail, ou ajouter le nom de famille et l’entreprise (si c’est le cas). Pas la peine de demander la date de naissance, le lieu d’habitat, la fonction dans l’entreprise, etc…

Vous l’aurez compris, il ne faut pas que l’internaute pense perdre son temps à remplir un formulaire trop long. C’est à vous de juger, selon votre cible, quels éléments sont indispensable pour votre base de données.

Focus sur le call-to-action (CTA)

Le call-to-action est l’élément de votre landing page qui va passer votre internaute du statut de « chercheur », au statut de « lead ».

Votre CTA doit, par conséquent, donner confiance à l’internaute, pour qu’il clique dessus et ne voit pas ce dernier comme un élément oppressant. Il va falloir que le contenu textuel de votre CTA soit court, qu’il ne donne pas d’ordre et qu’il soit clair sur ce que l’internaute va découvrir en cliquant dessus.

Il représente, ni plus ni moins, un bouton et doit être d’une couleur unique et la taille doit être adaptée à votre cible. Par exemple, si vous mettez en avant un produit pour les personnes âgées, n ‘hésitez-pas à agrandir votre bouton. A l’inverse, n’exagérez pas sur la taille de votre CTA car ça pourrait être perçu par l’internaute comme une obligation de cliquer et non plus une incitation.

Accordez également une grande importance à l’emplacement de votre CTA. Selon la position sur la page que vous lui donnerez, vous pourriez augmenter / baissez réellement votre taux de conversions.

C’est pourquoi je vous conseille vivement de faire de l’AB Testing afin de visualiser quel CTA a le plus de valeur.

Optimisez votre page

Si le temps de chargement est trop lent, vous perdez plus de la moitié des internautes qui ne seront jamais venu sur votre landing page. En effet, une page lente est synonyme de taux de conversion très faible.

Pour optimiser votre landing page, pensez à plusieurs choses :

  • Attention aux médias trop lourds ! Si vous souhaitez que votre page soit un minimum esthétique, ce n’est pas la peine de la charger de photos et de vidéos car elle sera, certes, jolie, mais d’une part, ce n’est pas l’objectif d’une landing page qui doit être concise en termes de contenu et d’autres part, le temps de chargement de votre page sera désastreux.
  • Pensez responsif : Aujourd’hui, plus de 65% des achats en ligne se font sur smartphone. Si vote landing page n’est pas adaptée au mobile, vous allez perdre toute une partie de votre cible.
  • Un contenu clair et qui va droit au but : une landing page doit comporter uniquement les éléments nécessaires à la compréhension de l’offre. Ajouter du contenu non pertinent fera perdre du temps à l’internaute et ralentira le temps de chargement de votre page.

Suivre vos performances

Les landing page sont des outils de communication digitale redoutable.

Si vous avez fait de l’AB Testing ou si vous souhaitez tout simplement voir les performances de votre landing page, il est primordial de tracker votre page. En effet, vous pouvez intégrer un code de suivi (soit sur votre landing page directement, soit sur la page de remerciement) pour adapter votre campagne d’inbound marketing.

Combien de visiteurs avez-vous ? D’où viennent-ils ? Le taux de conversion est-il suffisant ?

La réponse à vos questions se trouvera dans l’outil d’analyse Google Analytics.

La page de remerciement

Une page de remerciement, également appelée « Thank you page », est la page sur laquelle l’internaute va être redirigé après avoir rempli votre formulaire.

Il s’agit de la dernière étape du processus de conversion.

Cette page permet de remercier l’internaute d’avoir réalisé une action (téléchargement d’un livre blanc, inscription à un évènement, achat…) sur votre landing page et de lui expliquer les démarches pour télécharger l’offre en question par exemple. Pour finir, cette page améliore votre relation client et augmente vos chances de les fidéliser.

En somme, la création d’une landing page se fait avec une réflexion en amont du choix de son contenu premium, de sa cible, de l’action que l’on souhaite faire faire à l’internaute et du design de celle-ci afin d’optimiser vos chances pour avoir une page performante.

Strategie Marketing Digital 4 sur 4 : dessinez les plans de votre Fabrique à Clients

Dernier article de notre série consacrée à la Stratégie Marketing Digital en partenariat avec La Fabrique à Clients !

Dans les derniers articles de la série, nous nous sommes inspirés de la méthode décrite dans le livre de Marketing Digital “Tout le monde peut Fabriquer ses Clients” : 


Dans cette 4ème partie, nous allons voir comment Safety Soft s’appuie sur les connaissances de son prospect et de son offre pour penser une stratégie Marketing digital logique et efficace.

 

Les plans d’une Fabrique à Clients

Vous avez compris que le rôle de votre dispositif est de faire le lien entre votre prospect (et sa Target Map) et votre offre (et son Offer Map). Ce lien est fait aux niveaux des 4 phases du parcours client (et de son dispositif).

La logique de La Fabrique à Clients tient dans l’assemblage graphique de ces trois modèles comme proposé dans le visuel suivant.

Vous pouvez retrouver ce schéma et l’ensemble des instructions d’usage sur le site de La Fabrique à Clients (gratuitement).

Vous comprenez maintenant que tout se tient et que l’ensemble des concepts que nous avons vus ont une place dans la vue globale de votre stratégie.

Le livre utilise d’ailleurs beaucoup ces visuels dans le dernier chapitre consacré à 4 exemples de Fabriques à Clients.

Le dispositif Marketing Digital de SafetySoft

En phase de Curiosité, l’idée est de lui donner un aperçu de ce qui est faisable en matière de communication et de qualité des indicateurs. L’objectif est d’éveiller sa curiosité et de le projeter dans les bénéfices à utiliser ce genre de supports.

On proposera donc une série d’indicateurs sous la forme d’une infographie interactive (qui pourra être réalisée par exemple avec infogr.am), dont le titre pourra être « Prévention des risques : les 5 KPI que votre direction attendra tous les mois ».

 

L’entonnoir d’activation sera proposé à l’ensemble des visiteurs ayant laissé leur adresse mail pour accéder à l’infographie. Il suivra l’envoi de cette dernière. Dans l’infographie, on expliquera que tous ces indicateurs font partie d’une version du Document Unique édité par un outil moderne.

L’objectif de l’entonnoir sera de faire la promotion d’un webinaire autour duquel on fera le lien entre chaque bénéfice attendu et la fonctionnalité correspondante de l’application.

On choisit donc l’entonnoir de type webinaire, qu’on fabriquera autour des contributions vidéo des consultants les plus à l’aise dans l’exercice.

 

La phase d’Intérêt sera balisée par un webinaire dont le thème sera « Comment éditer un document unique performant en 2020 ? » Les webinaires seront planifiés à la fréquence d’un par semaine et joués par l’application WebinarJam, qui gère l’ensemble du processus de manière simple et efficace.

Pour entrer progressivement dans la pratique du webinaire, l’équipe Safety Soft décide d’enregistrer les premiers webinaires (pour pouvoir se tromper, se reprendre et corriger au montage) et de faire les suivants en live afin d’avoir un contact direct avec les participants.

De la même manière, les premiers Lives seront réalisés avec des moyens très sobres (webcam, éclairage minimal, micro-casque d’ordinateur …). On décidera d’investir dans un dispositif plus sophistiqué dans un deuxième temps.

 

A l’issue du webinaire, l’entonnoir de conversion proposera une période d’essai et surtout un accompagnement dans la prise en main de l’outil. Il s’agit à la fois de convaincre le prospect que la solution leur convient, mais surtout de ne pas le laisser se perdre dans les fonctionnalités.

On parle bien d’une période d’essai et pas d’une démonstration : l’application qui sera utilisée est une instance entière qui pourra être conservée si Amine achète une licence.

Pendant cette période, on choisit une séquence de type onboarding conduite par un consultant qui sera chargé de faire en sorte que le prospect vive une expérience enthousiasmante et surtout qu’il commence à se sentir comme chez lui. De cette manière, l’offre qui lui sera faite en fin de période d’essai ne proposera pas d’avancer, mais d’éviter de reculer.

 

En phase de Décision, lorsqu’Amine cherchera à lever les blocages, il aura en charge de monter un dossier et de convaincre les trois décideurs (son responsable hiérarchique, l’IT et les Achats). Pour l’aider à lever ces blocages, on fera parvenir tous les éléments dont il aura besoin pour communiquer en interne sur son projet :

Des argumentaires adaptés à chaque décideur

Des modèles types de dossier et de courrier de motivation

Un executive summary 

L’ensemble des documents produits avec ses données pendant la période d’essai

Pour envoyer de beaux documents, personnalisés, et surtout suivre leur utilisation, on pourra employer un outil comme betterproposal.io ou pandadoc.com.

Si ce n’est pas encore le cas, c’est le moment d’insister pour qu’Amine s’abonne à la newsletter. Cela permettra de lever les inquiétudes liées à l’adhérence avec la réglementation.

Pour aider Amine à passer à l’action, l’entonnoir de vente ici sera entièrement piloté par un commercial, qui prendra contact avec Amine pour l’accompagner dans son action de « vente » de son projet en interne. Celui-ci reprendra les documents de proposition standards envoyés précédemment pour les adapter précisément au contexte et, opportunément, y ajouter des produits d’upsell. Il proposera également de prendre contact directement avec les interlocuteurs d’Amine.

A ce moment, c’est le commercial qui pourra, selon son appréciation de la situation et de l’opportunité, prolonger la période d’essai.

Le dispositif de rétention

La base de la dynamique de contenu sera construite autour d’un blog dédié à la prévention des risques animé par les consultants. Chaque article fera l’objet d’une promotion sur LinkedIn dans un premier temps, même si on étudiera l’opportunité d’investir du temps sur d’autres réseaux dans un deuxième temps.

Sur le blog, Amine trouvera des informations froides (de nature à ne pas changer, comme des textes de loi, un annuaire …) et des informations chaudes (astuces, actualités …).

La newsletter proposera à chaque abonné de recevoir tous les mois une synthèse de ce qui aura été publié sur le blog durant les dernières semaines. 

 

Les campagnes d’acquisition

Les campagnes de Display s’appuieront sur la dynamique de contenu. Elles auront deux objectifs :

  • Faire la promotion des articles du blog, dans lesquels on aura inséré une bannière de promotion pour l’appât de la phase de Curiosité (l’infographie interactive)
  • Faire la promotion de l’appât de la phase de Curiosité auprès de l’audience identifiée dans la dynamique de contenu

 

Toujours sur le réseau LinkedIn, on mènera des campagnes d’Outreach (prise de contact direct) auprès d’une cible correspondant au profil d’Amine. L’objectif sera d’attirer la curiosité des destinataires sur l’appât avec une accroche de type « Comment communiquez-vous avec votre Direction ? »

 

Pour prendre contact directement, on utilisera au choix deux méthodes automatisées :

Un automate de prise de contact de type we-connect.io qui visitera et prendra contact automatiquement avec les cibles

Un automate de type Phantom Buster, qui vous permettra d’extraire les adresses mail des contacts LinkedIn que vous souhaitez interpeller afin de les contacter par mail dans un outil de type Lemlist.

Si vous souhaitez creuser un peu le sujet de l’Outreach et la puissance des mécaniques d’automatisation dans ce domaine, venez en parler dans la communauté ! (Voir la dernière page de ce livre)

 

Vous êtes prêts à penser votre Stratégie Digitale 🙂

Voici donc la fin de cette série consacrée à la méthode de la Fabrique à Clients pour penser une stratégie digitale.

Si vous voulez prolonger le sujet et passer à l’action, je vous invite à lire le livre “Tout le Monde peut Fabriquer ses Clients” et à utiliser l’ensemble des outils qu’ils mettent à disposition gratuitement dans leur guide.

 

A votre croissance !

Strategie Marketing Digital 3 sur 4 : rendez votre offre irrésistible

Troisième partie de notre série sur la Stratégie Marketing Digital avec le livre “Tout le Monde peut Fabriquer ses Clients” et le cas de la société Safety Soft.

Dans le premier article de la série, nous avons vu le résultat et suivi le parcours de leur prospect avec sa Target Story

Dans le deuxième nous avons pris en main l’outil Target MAP pour comprendre comment entrer dans la tête d’un prospect.

Aujourd’hui, nous allons voir de quelle manière travailler les arguments de votre offre pour la rendre irrésistible aux yeux du prospect.

 

OFFER MAP : MODÉLISEZ VOTRE OFFRE

Pour bien présenter votre offre à votre prospect, il vous faut la connaître dans toutes ses composantes et surtout savoir utiliser ses atouts au bon moment. C’est donc le moment de savoir cartographier les caractéristiques de votre offre pour pouvoir ensuite les confronter aux attentes de votre prospect à chaque étape.

offer map

Le modèle Offer Map est le corollaire du modèle Target Map : il vous permet d’affuter vos arguments dans chaque phase successive du parcours clients et d’apporter le bon message au bon moment à la bonne personne.

Vous trouverez plus d’information sur comment cartographier votre offre sur le site de la Fabrique à Clients ici : https://lafabriqueaclients.fr/guide-du-marketing-digital-2021/offer-map/

 

La stratégie d’offre de Safety Soft

L’offre concernée est l’abonnement à une application SaaS de gestion de la prévention des risques

Safety Soft web est une solution modulaire d’outils de gestion des risques professionnels construite sur un socle de base auquel le client peut ajouter les modules fonctionnels dont il a besoin. Ce socle de base apporte les fonctions indispensables pour cartographier les risques et éditer le Document Unique, un livrable imposé par les instances de réglementation officielles.

La solution promet d’accompagner les professionnels dans toutes les composantes de leur activité de gestion des risques.

Un marché qui reste à équiper : innovation de marché

Les professionnels de la prévention des risques travaillent encore beaucoup avec des outils non adaptés. Ils utilisent majoritairement les suites bureautiques standards et développent leurs propres bases de données de type Excel ou Access.

Les prospects intègrent les contraintes de leurs obligations réglementaires et la nécessité de s’organiser seuls comme un aspect inhérent à leur fonction.

Offre récurrente : la solution est proposée par abonnement annuel.

Processus de décision structuré.

Pour engager sa société, le préventeur aura besoin de respecter un processus de décision engageant sa hiérarchie, le département achats et l’équipe informatique. La difficulté principale de la prise de décision vient du nombre des interlocuteurs et de la disparité de leurs intérêts.

 

En phase de Curiosité, la solution promet à ses utilisateurs qu’ils pourront mieux communiquer avec leurs interlocuteurs et mieux suivre les évolutions des réglementations.

En phase d’Intérêt, les savoir-faire différenciateurs de la solution sont sa richesse fonctionnelle, son moteur de conception de rapports et ses nombreux KPIs

En phase de Décision, les éléments qui pourront lever les blocages des prospects sont les dispositifs d’accompagnement des utilisateurs (consultants, support en ligne, onboarding…), les arguments pour les décideurs achats et les décideurs IT.

En phase d’Action, pour compléter l’expérience client, l’offre propose 3 types de produits complémentaires :

  • L’ensemble des modules fonctionnels
  • Des prestations de conseil et d’assistance à la mise en place
  • Des formations pour les utilisateurs finaux.

 

Il reste à choisir les leviers d’actions digitaux à actionner

Si vous avez suivi les 3 premiers articles, vous avez compris le parcours client proposé par Safety Soft, comment la société a décrit son prospect cible (Amine), comment elle a affûté ses arguments. 

Il ne reste plus maintenant qu’à choisir les leviers d’actions sur lesquels agir pour mettre en musique le parcours d’Amine.

 

Nous verrons ça dans le prochain article 🙂

Strategie Marketing Digital 2 sur 4 : entrez dans la tête de votre prospect

Nous reprenons notre série sur la Stratégie Marketing Digital avec le livre “Tout le Monde peut Fabriquer ses Clients” et le cas de la société Safety Soft.

Dans le premier article de la série, nous avons vu le résultat et suivi le parcours de leur prospect avec sa Target Story. Aujourd’hui, nous allons voir de quelle manière décrire le prospect pour lui confectionner un parcours très adapté.

Découverte du contexte

Accompagner les préventeurs

Dans le marché très particulier de la prévention des risques professionnels, les acteurs sont coincés entre deux pressions :

  • L’évolution inarrêtable de la réglementation qui impose toujours plus de figures imposées et de risques juridiques aux entreprises.
  • Le besoin de maintenir une pression constante sur les employés pour éviter le plus grand risque : la faute d’inattention causée par le relâchement.

Pour le préventeur, en charge de la prévention des risques dans son entreprise, il est capital de pouvoir communiquer et produire des rapports pour maintenir un lien avec :

  • les employés : il doit maintenir un canal de communication toujours ouvert pour récolter, capitaliser et diffuser les meilleures pratiques
  • sa Direction : il doit pouvoir calculer des indicateurs et présenter des rapports efficaces régulièrement
  • les instances officielles : il doit respecter les formats de communication et produire les documents nécessaires au respect des règles, comme le document unique.

Depuis 2005, SafetySoft développe une gamme de logiciels dédiée aux préventeurs et accompagne les évolutions de la réglementation.

L’équipe SafetySoft devient leader de son marché

Pour financer sa croissance, les dirigeants de Safety Soft ont travaillé sur une levée de fonds. De nouveaux actionnaires sont entrés au capital et apportent des fonds qui vont permettre de lancer un plan de transformation construit sur deux axes :

  • Développer la version web et mobile de l’application
  • Construire une mécanique de développement commercial

Les objectifs de SafetySoft

La Fabrique à Clients de SafetySoft aura pour objectif de cibler une population de préventeurs travaillant pour de grandes entreprises. Elle mettra en musique des ressources marketing, conseil et vente.

SafetySoft est une société de consultants. Leurs compétences sont surtout métier et personne n’est véritablement dédié à la prospection. Leur Fabrique à Clients devra automatiser l’essentiel et s’appuyer sur les compétences des consultants pour accompagner les prospects. Le seul commercial de l’entreprise devra entrer en piste en toute fin d’entonnoir pour conclure la vente. Il n’aura pas de temps à consacrer aux prospects avant la phase d’Action.

Qui est Amine : le prospect idéal de Safety Soft

Le profil d’Amine

Amine est préventeur dans une société industrielle de la région Auvergne Rhône Alpes. Lors du workshop de définition du persona, on a beaucoup hésité à prendre en compte les critères de profil personnel. En regardant le profil type des clients actuels, on distingue mal pourquoi les différences de comportement ou d’adhérence avec l’offre seraient basées sur la situation familiale, la localisation… Il est toutefois décidé d’observer si l’âge du prospect (et donc son rapport aux outils digitaux) influence la performance du dispositif.

Le profil professionnel d’Amine est en revanche absolument déterminant : Amine occupe une fonction de préventeur, de responsable sécurité ou de responsable qualité. On listera d’ailleurs l’ensemble des libellés qui peuvent être choisis pour nommer sa fonction. Dans l’absolu, Amine est le futur utilisateur de la solution.

Pour répondre aux objectifs qualitatifs de l’entreprise, notre cible devra travailler pour une entreprise d’au moins 300 employés dans des contextes potentiellement porteurs de danger (industrie, BTP, logistique …).

Les drivers

Comme tous les préventeurs, Amine est dirigé par deux impératifs :

  La sécurité physique et psychique des employés, qui risquent très gros si un accident arrive

  La sécurité juridique des dirigeants de l’entreprise, qui risquent très gros si un accident arrive dans un contexte mal encadré.

La contrainte de son métier est la lourdeur administrative des figures imposées par la règlementation et les procédures qu’il porte. Cette lourdeur rend son travail assez peu valorisant auprès de ses interlocuteurs. Il a d’ailleurs du mal à les fédérer autour des grands enjeux.

Le processus de décision

Comme pour toute entreprise de taille importante, le processus de décision dans lequel Amine devra entrer est complexe et fait intervenir plusieurs codécideurs :

  • Sa hiérarchie, qui gère un budget et surtout s’assure de la performance des processus métiers.
  • L’équipe IT (informatique) qui portera la politique de sécurité des données et s’assurera que le nouvel outil d’Amine s’intégrera bien dans le Système d’Information de l’entreprise.
  • Le service Achats qui cherchera à mesurer la pertinence économique du choix et s’assurera que le processus d’achat est mené dans des conditions justes et inattaquables.

 

En phase de Curiosité, on cherchera à attirer l’attention d’Amine sur ses deux insatisfactions principales :

La difficulté à communiquer et à mobiliser autour des enjeux de sécurité

La complexité et l’évolution constante de la réglementation

En phase d’Intérêt, Amine s’attachera en priorité aux critères suivants :

La qualité des rapports et des outils de communication proposés par l’outil

La puissance des indicateurs calculés

La richesse fonctionnelle de la solution

En phase de Décision, Amine aura besoin de lever les blocages suivants :

Est-ce que je saurai l’utiliser ?

Est-ce que l’IT va accepter ?

Est-ce que je serai en ligne avec les attentes de la réglementation ?

En phase d’Action, une fois le choix validé, Amine aura besoin d’être accompagné :

Dans sa propre utilisation

Dans la migration des données existantes

Dans la formation des autres utilisateurs

 

Le modèle Target MAP

L’exercice du Target Persona et de sa version améliorée Target Map, qu’on traduirait par « personnage cible » ou plutôt « portrait-robot de la cible », permet de travailler en équipe sur la compréhension de son client type. 

Pour décrire le profil de Amine, on utilise le modèle Target Map dont vous trouverez plus de détails ici : https://lafabriqueaclients.fr/guide-du-marketing-digital-2021/target-map/

Vous devez vous appuyer sur votre Target Map  pour toutes vos prises de décision et toutes vos initiatives !

Incarnez votre persona dans un objet que vous installerez à la table de réunion parmi vous : un ballon avec un visage, une peluche, un personnage Lego, un poisson rouge… Votre persona doit être avec vous !

Désignez une personne (qui peut changer d’une réunion à l’autre ou pas), qui sera le porte-parole de votre persona et faites-la intervenir en lui donnant la parole régulièrement !

 

Rendre l’offre irrésistible

Maintenant que vous connaissez le profil de votre prospect, vous devez comprendre comment affûter les arguments de votre offre pour la rendre lisible et surtout qu’elle entre en résonance avec les attentes de votre marché.

Dans les prochains articles nous verrons ces 2 sujets :

  • Comment rendre votre offre irrésistible
  • Quels choix de dispositif pour développer Safety soft

Strategie Marketing Digital 1 sur 4 : fluidifiez le parcours client

Chaque marketeur rêve de devenir un jour celui qui proposera LA campagne de marketing digital qui propulsera les ventes.

Pour y arriver il vous faudra immanquablement une méthode et des outils adaptable à chacune de vos offres… C’est justement la promesse de “Tout le Monde peut Fabriquer ses Clients”, le livre de Marketing Digital paru très récemment.

Le livre propose un ensemble d’outils très simples, à utiliser les uns à la suite des autres, pour construire ce que Christophe Menani appelle une “Fabrique à Clients”.

Votre dispositif 13

Vous pouvez télécharger ce modèle gratuitement ici

 

L’auteur accompagne les Entreprises de toutes tailles dans leur stratégie de croissance avec le Digital depuis plus de 20 ans et a fait la synthèse de toutes ses expériences pour proposer un guide pratique et implacable pour tous ceux qui pensent leur croissance avec les outils du web.

Le livre se conclut par 4 exemples réels de stratégies et surtout la manière avec laquelle elles sont construites : voici l’exemple de la société Safety Soft et de la construction de sa Fabrique à Clients.

 

Outil numéro 1 : La Target story

Imaginez que vous avez pensé la meilleure stratégie possible. Vient le moment de la présenter à vos collègues… Voici comment Christophe Menani présente cette étape : 

Lorsque j’étais enfant, ma maman fabriquait nos vêtements. Elle allait acheter du tissu et revenait avec un rouleau en me disant : « Regarde, ça fera une belle chemise ! ». Devant mon regard perdu, elle me montrait le patron (le plan) et me disait : « Tu vois, ce morceau va là, celui-là va en dessous… ».

Malgré toute ma bonne volonté, je n’ai jamais réussi à voir une chemise dans un bout de tissu posé sur un bout de papier.

Même si vous êtes parfaitement satisfait de votre plan, il y a fort à parier que vous devinerez mon regard d’enfant perdu dans les yeux de vos interlocuteurs lorsque vous allez chercher à les embarquer dans votre projet ; ils n’auront simplement pas la capacité de lire un plan !

Selon votre contexte, vous aurez besoin d’embarquer vos collègues, votre direction, vos partenaires, vos fournisseurs… Ou même vos investisseurs, qui voudront comprendre comment vous allez utiliser leurs fonds ! J’ai d’ailleurs souvent utilisé l’outil de la Target Story dans le cadre de levées de fond, auprès d’investisseurs qui ont besoin de toucher du doigt et de comprendre, sans aller dans le détail.

 

L’idée de la Target Story est de raconter l’expérience d’achat dans votre dispositif, ses interactions et sa progression, vues par les yeux de votre prospect, dans un format journal de bord.

Je pense que vous comprendrez parfaitement le concept en suivant la progression d’Amine dans son parcours client. Voici son histoire.

 

Safety Soft et le parcours B2B d’Amine

Safety Soft est l’heureux éditeur d’une solution web de gestion des risques professionnels leader de son marché et déployée dans toute la francophonie auprès d’une cible d’entreprises de toutes tailles.

Ses interlocuteurs sont les préventeurs, les responsables de la prévention des risques professionnels.

Voici l’histoire d’Amine, un de ses Target Persona.

 

Je m’appelle Amine et je suis préventeur pour une petite industrie de la région Lyonnaise. J’aime mon métier et je sais que mon action contribue à rendre la vie professionnelle de mes collègues plus sûre. Je sais aussi que s’il y a un accident, mon patron peut avoir des ennuis lourds et qu’il compte sur moi pour le protéger.

Malgré ça, c’est parfois compliqué d’intéresser mes collègues et ma Direction à ce que je fais. Je sais que la prévention des risques est l’affaire de tous, mais le formalisme et toutes les règles que je dois respecter rendent les choses souvent peu compréhensibles.

On définit ici le profil d’Amine, ses informations de démographie et son insatisfaction.
Le mois dernier, j’ai vu passer sur mon mur Facebook une petite vidéo qui explique en 20 secondes le principe de la pénibilité au travail… ça faisait des mois que ma Direction me demandait de lui expliquer et que je ne trouvais pas les mots !

J’ai pris cette vidéo et je l’ai diffusée, ça m’a permis d’entamer la discussion avec mon Directeur sur le sujet !

La vidéo est utilisée comme accroche pour attirer l’attention et éveiller la Curiosité.
J’ai vu que la vidéo avait été faite par les gens de Safety Soft, j’ai regardé leur page et j’ai vu qu’ils publiaient régulièrement ce genre d’astuces.

Ces gens ont l’air de bien connaître mon métier et m’apportent quelque chose dont j’avais vraiment besoin ! Ce sont visiblement des préventeurs comme moi qui se sont développés une appli de gestion des risques. En tous cas, leurs vidéos m’aident pas mal alors je me suis abonné à leur page FB. J’ai vu aussi qu’ils avaient une newsletter qui fait un point régulier sur les évolutions des règles alors je me suis abonné.

Certaines des astuces qu’ils donnent sont très puissantes ! Ce sont des indicateurs vraiment utiles, mais il faut un logiciel pour ça et moi je n’ai que mon Excel. Je pense que je ne pourrai pas le faire, mais c’est vraiment intéressant.

Dans cette période, Amine est curieux et Safety Soft entretient une relation avec des contenus qui permettent

1.       De satisfaire sa curiosité

2.       De créer l’envie d’aller plus loin 

La newsletter ici est l’appât.

En ce moment Safety Soft propose un webinaire qui explique comment ils produisent ces fameux indicateurs. Apparemment ils font témoigner des préventeurs comme moi, dans d’autres sociétés, qui partagent leurs indicateurs et qui expliquent comment ils font. Si eux ils y arrivent, je pourrais aussi !

Ça fait plusieurs fois que je vois passer cette info et le webinaire est dans quelques jours. Il faut que je m’inscrive, je ne veux pas rater l’opportunité !

 

Le webinaire est demain et je l’avais oublié ! Heureusement, l’organisateur m’a envoyé un message pour me le rappeler !

 

Je viens de suivre ce webinaire ! Je me suis vraiment reconnu dans ce qu’ils disaient et j’ai appris des choses utiles !

Je me rends compte que je dois m’intéresser sérieusement à ce logiciel, sans quoi je vais avoir du mal à progresser.

Le webinaire est utilisé ici pour faire avancer Amine dans son parcours.

Il y entre par curiosité, il en sortira avec l’envie de s’y intéresser.

A la fin du webinaire, ils préconisent d’essayer Safety Soft pendant quelques semaines pour comprendre comment je pourrais en tirer profit. Ils ont dit que si j’avais une question d’utilisation, je pourrais les contacter et ils m’accompagneront.

 

J’ai laissé passer un peu de temps depuis le webinaire, je manque de temps en ce moment, je prendrai un compte de test quand je pourrai. Depuis, ils m’envoient régulièrement des mails pour que je ne les oublie pas !

Ce matin la personne qui animait le webinaire m’a envoyé un mail qui montre comment on imprime un D.U. C’est vraiment étonnant, ça a l’air super rapide. Il y avait un gros bouton dans le mail pour aller vers la page de login, je ne pouvais pas le rater, alors j’ai pris un compte de test sur Safety Soft !

L’interface est jolie et je retrouve bien ce dont j’ai besoin. En plus, lorsque je me suis connecté j’ai été guidé par des flèches qui apparaissent sur l’écran. J’ai pu créer les sites et remplir quelques lignes du DU. Ensuite j’ai imprimé un DU ! Ça se fait en quelques secondes, c’est vraiment pratique.

J’ai un peu cherché la fonction qui permet de mettre à jour un plan d’action. Comme ils l’avaient promis, il y a un système de chat dans l’interface et j’ai pu poser une question. C’est un certain François qui m’a répondu super vite !

 

Dans cette phase, Amine va prendre plus de temps pour creuser le sujet et s’intéresser à l’offre.

 

Remarquez le processus de rappel pour éviter qu’Amine ne sorte du parcours.

 

 

 

 

Un commercial de Safety Soft m’a appelé ce matin ; je lui ai dit que j’étais en train de tester et que je ne savais pas encore quoi lui dire, mais il m’a rassuré et m’a proposé de m’envoyer des documents qui me permettraient d’aller voir mon patron. Il m’a envoyé une proposition bien faite avec tous les détails des budgets et des engagements et il m’a dit que lorsque ce serait le moment, il serait là pour parler à mon boss et voir ces détails avec lui… Ça me va bien !

 

Ici le commercial est chargé de faire progresser Amine dans son parcours.
On a eu un coup de bourre à l’usine et j’ai perdu le fil de mon expérimentation avec Safety Soft. Ça fait deux semaines que je ne me suis plus connecté et j’avoue que je ne sais plus trop où j’en étais. Heureusement, ce matin j’ai reçu un mail de François. Ils ont dû voir que je ne me connectais plus…

Il m’avait déjà aidé dans l’appli, et là il me demande si j’ai besoin d’aide et il m’invite à un tour guidé pour m’aider à prendre en main Safety Soft. Du coup, je me suis reconnecté et j’ai retrouvé mes dossiers là où je les avais laissés. François est toujours là dans le coin droit de mon écran et je vais prendre un peu de temps pour faire le tour.

 

Je viens de passer une heure avec une personne de chez Safety Soft qui m’a guidé dans le logiciel. Ce n’était pas le fameux François, mais il m’a bien tout montré 😉 C’est vraiment une bonne solution et je vais en faire la demande.

 

Sur la base de l’appréciation du commercial, on considère ici qu’Amine a progressé dans son parcours et qu’il est passé d’une phase d’Intérêt à une phase de prise de décision.

Dans cette phase, Amine accepte de passer un long moment en tête à tête avec quelqu’un.

Le commercial m’a proposé d’appeler directement mon boss pour aller plus loin. Je lui avais déjà transmis l’offre, je vais les laisser se débrouiller pour la prise de commande. On considère ici qu’Amine a pris sa décision et qu’il faut l’aider à passer à l’action.

 

Voyez comme le parcours, bien que long, est fluide et logique. Nous avons fait progresser Amine en adressant une insatisfaction qu’il ne pensait pas possible de corriger.

Remarquez dans ce parcours les éléments qui seront les bases du modèle que nous allons détailler ci-après et qui vous permettront de concevoir des parcours adaptés à votre contexte.

 

Remarque 1 : dans ce parcours, le rôle d’Amine s’arrête ici. Il est passé par trois phases : Curiosité, Intérêt et Décision. La phase d’Action est confiée à son Directeur. Amine n’est pas décideur et son rôle de prescripteur revient à transmettre le dossier dans de bonnes conditions. Le parcours est un succès et atteint son objectif.

 

Remarque 2 : pour faire avancer Amine d’une phase à l’autre, on fait appel à des accélérateurs sous forme adaptée (display FB, webinaire, appel commercial, démo guidée …)

 

Remarque 3 : les différents éléments de communication, de rappel, de contrôle… sont déclenchés de manière automatique pour faire vivre à Amine une expérience personnalisée et sans couture. Seules les conversations avec le commercial et la démonstration guidée ont nécessité une intervention humaine.

 

Vous verrez qu’en vous essayant à l’exercice de la rédaction des Target Stories, vous trouverez instinctivement des opportunités de fluidifier le parcours et d’enrichir l’expérience client. Vous verrez également que c’est à ce moment-là que vous saurez fédérer autour de vous des partenaires qui vous regardaient travailler de loin jusque-là !

 

Comment la stratégie Marketing Digital de Safety Soft a-t-elle été pensée ?

Vous voulez comprendre par quelles étapes la société est passée pour penser sa stratégie et faire des choix qui rendent son parcours client fluide ?

Le prochain article sur le sujet vous montrera en détails :

  • Comment étudier le profil du prospect en allant un peu plus loin que le target personna,
  • Comment choisir la stratégie d’acquisition
  • Comment penser les entonnoirs

 

Vous pourrez également télécharger les modèles de conception de la Fabrique à Clients :

 

Pour aller plus vite, le livre est en vente sur le site de la Fabrique à Clients 🙂

Comment ajouter un utilisateur sur Google Analytics ?

Que ce soit pour suivre les retombées d’une campagne, l’évolution du trafic d’un site ou encore pour améliorer le référencement de ce dernier, l’outil Google Analytics propose de nombreuses fonctionnalités, dont l’ajout d’un ou plusieurs utilisateurs sur un compte.

Cette fonctionnalité permet d’intégrer des membres d’une équipe sur un même compte Google Analytics afin d’optimiser les performances et l’efficacité sur un projet.

Le processus est relativement simple.

utilisateur GA

1 – Techniquement, comment faire ?

Après s’être connecté à votre compte Google Analytics, vous pouvez ajouter un utilisateur. Il vous suffit de cliquer sur l’icône « Administration » situé en bas à gauche de votre page. Par la suite, dans l’onglet Admin, trois colonnes apparaissent avec les intitulés suivants : compte, propriété et vue.

  • Compte :  Représente votre point d’accès à Analytics. Une entreprise peut avoir un ou plusieurs compte Analytics. Il comprend le numéro de votre compte, le nom du compte, le pays où vous exercez votre activité ou encore les options de partage de données. C’est à partir du compte que vous allez pouvoir choisir les propriétés.

COMPTE

  • Propriété : Désigne un site Web, une application mobile ou un appareil. Un compte peut comporter une ou plusieurs propriétés. Lorsque vous ajoutez une propriété à un compte, Google Analytics génère un code de suivi afin de collecter des données à partir de cette propriété. Ce code contient un identifiant unique pour les données provenant de cette propriété. Il vous permet de reconnaître facilement ces données dans vos rapports.

propriété

  • Vue : Constitue votre point d’accès aux rapports. Il s’agit d’une vue définie des données d’une propriété. Par exemple, vous pouvez définir une vue sur un objectif précis, sur les canaux que vous souhaitez, sur des paramètres d’e-commerce (si besoins), etc…

vues

Choisissez l’emplacement de votre choix pour ajouter un nouvel utilisateur. Après cette étape, vous trouverez la catégorie « gestion des utilisateurs du compte » qui va vous permettre de gérer les différents membres que vous souhaitez intégrer à l’outil Google Analytics.

Cliquez sur le bouton « + » en haut à droite pour ajouter un utilisateur.

Enregistrez l’adresse email du nouvel utilisateur et ajoutez-lui les autorisations dont il aura besoin en cochant les cases ci-après.

Lorsque ces étapes ont été réalisés, cliquez sur le bouton « ajouter », en haut à droite.

Félicitations ! Le profil utilisateur a été créé, vous pouvez désormais le retrouver avec les autres utilisateurs ayant accès au compte Google Analytics et voir les autorisations qui lui ont été accordé.

2 – Les différents types d’autorisations

Chaque utilisateur n’a pas les mêmes besoins et donc pas les mêmes droits d’accès. Par conséquent, vous allez accorder des droits différents selon les types de profils et d’utilisation de Google Analytics.

Voici les quatre profils d’autorisation ci-dessous :

  • Modifier : Les utilisateurs peuvent créer et modifier certains aspects du compte comme des propriétés, des vues, des filtres ou encore des objectifs mais ils n’ont pas accès à la gestion des autres utilisateurs.
  • Collaborer : Les utilisateurs peuvent créer et modifier des éléments partagés comme des tableaux de bord ou des annotations.
  • Lire et analyser : Les utilisateurs peuvent consulter les données de rapport et de configuration telles que l’audience, l’analyse du trafic ou encore les retombées des campagnes publicitaires.
  • Gérer les utilisateurs :  Cette fonctionnalité permet d’ajouter, modifier ou supprimer d’autres utilisateurs et leurs autorisations.

utilisateur GA

Il est possible de cocher une seule case, plusieurs, ou toutes les cases si besoin.

Vous pouvez évidemment modifier à tout moment les droits d’accès des utilisateurs (si vous êtes administrateur du compte ou que vous avez le profil “gérer les utilisateurs”).  Pour ce faire, il vous suffit de retourner dans les paramètres du compte Google Analytics concerné, cliquer sur l’onglet “gestion des utilisateurs du compte” et sélectionner l’utilisateur en question. Son profil et sa liste d’autorisations vont apparaitre sur votre écran. Vous pouvez, à ce moment, cocher ou décocher les cases que vous souhaitez.

3 – Ajouter un groupe d’utilisateur

Il est courant d’ajouter tous les membres d’une équipe en même temps. Si vous deviez créer utilisateur par utilisateur, ce serait une perte de temps. C’est pourquoi, Google Analytics est doté de la fonction “ajouter des groupes d’utilisateurs”.

Cette fonction est uniquement réservée aux groupes d’utilisateurs liés à des entreprises Google Marketing Platform.

Prochainement, un article pour vous expliquer ce qu’est Google Marketing Platform.

 

 

 

 

Qu’est-ce que l’Account Based Marketing ?

Si le marketing traditionnel était axé sur le volume et l’attrait de masse, le marketing digital se définit par la personnalisation et la précision. Les marques ne veulent pas perdre du temps et de l’argent en marketing avec des consommateurs qui ne s’intéressent pas à leur entreprise.

Au fur et à mesure que le marketing digital évolue, cette évolution vers la précision devient de plus en plus flagrante.

L’Account Based Marketing (ABM) est une stratégie de marketing vers un ensemble précis de comptes cibles.

Partie 2 : Réussir son CTA

Nous avions vu précédemment l’intérêt de positionner des Call To Action sur votre site, il est temps d’aborder le design et le positionnement de ces éléments. En effet, un bon CTA doit respecter un certain nombre de critères pour optimiser et améliorer la conversion vers votre objectif.

Les couleurs

La couleur est une des notions les plus importantes dans la mise en place d’un CTA. D’une manière générale, les boutons vert et orange sont les plus efficaces. La couleur dépendra de la conception de votre site et de la charte graphique de votre marque. Pour rendre le bouton visible sur votre site, vous devez valoriser l’utilisation de couleurs contrastées à celle de votre site. Un CTA ton sur ton ne sera évidemment pas repérable et certains internautes pourrez passer à côté de votre offre. Il n’y a pas de couleur miracle. Pour être sûr de choisir une couleur attrayante, le mieux est de la tester.

Formes

Autre notion importante à prendre en compte : La forme du CTA. En effet, il existe une multitude de style de boutons : coins carrés, arrondis, avec ou sans contour… Toutes les formes ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les différentes formes peuvent donner d’excellents résultats dans divers contextes. Dans certains cas, vous pouvez agrémenter votre CTA d’un pictogramme de : téléchargement, flèche, fichier… Ces icônes peuvent influer positivement sur le taux de clics. Attention à ce que l’icône ne desserve pas le bouton mais lui apporte une valeur ajoutée. Par exemple, on évitera d’utiliser un picto de « téléchargement » pour une inscription à une newsletter.
Encore une fois, le mieux est de tester les formes et voir ce qui fonctionne le mieux pour votre business, mais aussi avec l’univers graphique de votre site !

Où le positionner ?

Dans la culture occidentale, nous lisons de gauche à droite et de haut en bas. Pour bien positionner un CTA il faut suivre le sens de lecture naturelle de l’utilisateur.

Il ne faut surtout pas perdre l’internaute ou l’obliger à revenir en arrière pour trouver le CTA. Ils doivent donc être placés à des endroits stratégiques qui cadrent l’expérience utilisateur.

Par exemple, vous venez de lister les points forts de votre service/ produit, vous allez insérer votre CTA en dessous. Au dessus du descriptif ça n’aurait pas de sens puisque l’internaute ne va pas s’inscrire à une offre dont il n’a pas pris connaissance.

En plaçant vos CTA sur la droite ou en dessous du descriptif de l’offre (expérience utilisateur naturelle, ergonomique), ils seront plus efficaces car ils entrent dans une logique de progression naturelle de l’internaute vers votre objectif. Si vous avez convaincu l’internaute avec votre offre, il cliquera sur le CTA.

Pour conclure, bien positionner son CTA c’est le mettre à droite !

En plaçant votre CTA sur la droite, vous menez naturellement vos internautes vers l’objectif de votre site, quel que soit l’objectif de conversion.

Nous lisons de gauche à droite, un CTA placé à droite représente donc une progression logique vers l’action.

Il ne faut cependant pas oublier que bien placer un CTA ne fait pas tout. Il faut travailler son style graphique, son accroche… en le mettant en valeur dans son environnement. Le CTA ne doit pas non plus être placé seul à droite. Il faut au préalable un descriptif de l’offre ou du service pour séduire les internautes.

Pour vous inspirez, n’hésitez pas à consulter des sites comme awards… qui vous donneront les dernières tendances en terme de design.

À vous de jouer !

infographie -

Partie 1 : le Call To Action (CTA) et son utilité

Qu’est-ce qu’un Call To Action ?

Le “Call-to-action” (ou CTA) est un bouton “d’appel à l’action” qui a pour objectif d’améliorer votre taux de conversion. Dans cette optique et pour booster votre business il est indispensable d’en insérer dans les pages de votre site web et landing pages pour guider les utilisateurs vers votre objectif de conversion. Le style graphique du CTA peut varier en fonction de vos objectifs et de la charte graphique de votre site.

Voici quelques conseils pour optimiser et boostez la performance de vos pages :

Le texte d’action

Pour attirer l’internaute, il faut utiliser des termes attractifs comme : “gratuit”, “immédiat”… On oublie les mots ennuyeux comme “obtenir”, “essayer”, “envoyer”… pour se concentrer sur la personnalisation et l’implication de l’internaute dans l’action.
En utilisant la première personne vous aurez une très nette augmentation du nombre de clics. Il est fortement conseillé d’accompagner le verbe d’action d’un groupe de mots en rapport avec votre offre : « je télécharge la brochure», « je m’abonne à la newsletter » …

Vous pouvez aussi enrichir votre CTA en ajoutant des termes séduisants pour valoriser votre offre et encourager les internautes à cliquer : « j’essaye gratuitement le logiciel », « je commande immédiatement le pack »…

Le texte de votre CTA ne doit pas dépasser 2 à 5 mots. Vous pouvez cependant l’accompagner d’une phrase d’accroche comme un jeu de question / réponse :

Vous souhaitez en savoir plus sur nos offres ? > Je télécharge la brochure

Une fois que vous avez défini le texte de votre CTA, il faut pour être le plus efficace et le plus clair possible, que le texte soit grand et lisible. Il faut trouver le juste équilibre entre un bouton insignifiant (trop petit) et un bouton (trop gros) effrayant, agressif.
Le texte de votre CTA doit être suffisamment grand pour attirer l’attention, mais pas trop pour ne pas recouvrir complètement le reste du contenu.

Stratégie de réduction

Créez un sentiment d’urgence. Vous pouvez déclencher un clic en inspirant subtilement un sentiment d’urgence dans votre CTA : « Inscrivez-vous et Obtenez 50% de réduction et plus ! » En faisant une offre, vous séduisez les internautes, en créant un besoin qu’ils n’avaient pas forcément au départ. S’il est intéressé par le produit, la réduction va l’encourager à cliquer.

Les CTA secondaires

Parfois, vous aurez des boutons « secondaires » à placer sur votre site web (vers la page contact, une autre page du site…). Ces CTA doivent être moins accrocheurs que votre CTA principal. Pour vos boutons « secondaires », vous pouvez utiliser un style graphique différent : des nuances de gris ou des couleurs monochromatiques pour rester neutres tout en étant visibles.

Le CTA principal doit toujours être le plus grand et le plus visible de par sa couleur, son accroche, sa forme… Vous allez devoir mettre en place une hiérarchie naturelle des CTA en fonction de leur importance.

Toutefois, veillez à garder une homogénéité de couleur et de forme. Si vous choisissez de faire vos CTA carrés, conservez ce style et faites uniquement une variation de couleur (par exemple : bleu pour le CTA principal et gris pour les secondaires).

Un bon CTA se construit en deux temps :

  • La partie stratégique (vu ci-dessus)
  • La partie graphique (à découvrir dans la partie 2 à venir)

La partie rédactionnelle et stratégique est primordiale. Pour voir son taux de clics augmenter, une accroche séduisante et efficace est donc indispensable. Il est important de retenir que, pour bien l’optimiser, il faut impliquer l’internaute dans l’action et le séduire avec une réduction ou une valeur ajoutée (réduction, cadeau pour toute commande…) .

L’autre point à prendre en compte est la différenciation entre le CTA principal (là ou vous voulez mener l’internaute) et les CTA secondaires (vers les pages internes qui contribuent au bon référencement de votre site par un maillage entre les pages) d’un point de vue graphique et rédactionnel.

Infographie-LE_CTA_ET_SON_UTILITE

[Content Marketing] 2. Pourquoi c’est utile ?

Dans ce deuxième volet sur le Marketing de Contenu, nous nous efforcerons d’analyser pourquoi le content marketing peut être un véritable levier pour votre business.

Tout d’abord, il est essentiel de savoir que votre audience décidera volontiers de consacrer du temps sur des contenus intrigants, utiles ou intéressants à ses yeux. En lui garantissant du contenu enrichissant, votre public s’engage envers votre marque et vous devenez une source d’information d’influence au sein de votre domaine d’activité.

La clé c’est bien sûr la pertinence du contenu : produisez de la qualité et du contenu pertinent. Cela vous aidera à engager la conversation, à développer un rapport de proximité avec votre public, à booster la notoriété de votre marque, notamment grâce à la publicité gratuite généré par le partage viral et le bouche à oreille.

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles les entreprises utilisent le content marketing aujourd’hui. En voici 5 principales.

1. Augmenter votre chiffre d’affaires

Dans sa forme la plus pure, le marketing de contenu fournit une vitrine efficace aux entreprises pour vendre leurs produits à leurs clients et ce n’importe quand. Une récente étude montre que plus de 50% des consommateurs de content marketing disent qu’il a un impact positif sur les décisions d’achat, 61% disent que cela augmente l’attachement à la marque.

2. Fidéliser vos clients

Dans un environnement économique de plus en plus fragmenté, face à une concurrence accrue d’années en années, les entreprises accordent de plus en plus d’importance sur le maintien de leurs clients existants. En offrant à la fois du divertissement et de l’information, le content marketing récompense les clients avec du contenu qui favorise l’engagement, tout en les gardant à jour sur les nouveaux produits ou services. En communiquant régulièrement avec vos clients de cette manière, vous êtes beaucoup plus susceptibles d’obtenir leur fidélité.

3. Construire ou repositionner votre marque

Pour toute entreprise souhaitant construire ou transformer sa marque, il est nécessaire d’utiliser une méthode de communication qui pourra transmettre le message rapidement et surtout efficacement. Grâce à du contenu de qualité sur différents sites Web, de l’emailing, ainsi que d’autres supports d’impression vous aurez l’occasion idéale de modifier leur perception sur votre marque.

4. Générer du trafic sur son site web

Le content marketing propose un véritable contenu de qualité et permet un bon référencement. La qualité du contenu est appréciée s’il y a une grande visibilité, donc un référencement grâce à l’optimisation du texte et justement pour être bien référencé par le moteur de recherche Google, il faut créer du contenu authentique et de bonne qualité.

Le content marketing qualitatif est donc bénéfique pour Google. Le moteur de recherche souhaite fournir les informations les plus pertinentes aux utilisateurs.

5. Obtenir l’engagement de ses clients sur le long terme

Bien que certaines entreprises peuvent se tourner vers le marketing de contenu pour des gains à court terme, sa véritable valeur réside dans l’engagement à long terme. En utilisant une communication régulière avec votre clientèle, vous pouvez construire progressivement un lien avec le lecteur, ce qui augmente sa confiance en votre marque et fait de votre produit son premier choix. Ainsi en créant un dialogue régulier avec votre audience, vous pouvez ouvrir un canal de communication qui apporte un flux constant d’information que vous pouvez utiliser pour améliorer votre offre et de fait préserver la satisfaction de vos clients.

6. Les résultats en chiffres

Grâce à une étude de cas réalisée par Hubspot nous allons voir que la fréquence de publication ainsi que le volume de publication de contenu sur un Blog peut être très bénéfique en terme de trafic et de leads.

L’étude, basée sur une période de 3 ans, montre l’évolution de plusieurs éléments selon le nombre d’articles publiés sur un blog. La première phase (1 an et demi) montre les effets de 2 à 3 publications par semaine. La seconde phase (1 an et demi) nous montre les effets de 5 à 10 publications par semaine.

Ainsi, en passant à un rythme de publication 3 fois supérieur en fin de première période les résultats sont assez impressionnants :

Le trafic issu de la recherche organique est passé de 1000 visites en moyenne pendant 1 an et demi à 5000 visites en fin de deuxième période.

Le nombre de leads issus de la recherche organique a lui presque décuplé en passant de 10 (en fin de première période) à 100 (en fin de seconde période).

Le trafic issu de liens directs et de sites référents a également été multiplié par 7 dans le même laps de temps. Même résultat pour le nombre de leads.

Le trafic provenant des réseaux sociaux a lui augmenté de 50% et le nombre de leads de 70% (passant de 20 à 70 en fin de seconde période).

Content Marketing Funel

Ci-dessus, le tunnel de ventes du content marketing. On peut voir que la diffusion de contenu marketing génère du trafic, puis des leads, puis des prospects pour enfin les transformer en consommateurs. Tout au long du processus de transformation, on peut voir que la barrière à la consommation s’accroît. Nous analyserons ce point lors de notre prochain et dernier volet sur le Content Marketing.

Vous aussi vous utilisez le content marketing dans le cadre de votre activité ? N’hésitez pas à partager votre avis en commentaires.

Le marketing de mobilité et de proximité avec le Beacon

Si vous suivez un peu l’actualité du Webmarketing, vous avez certainement entendu de ce terme : Le Beacon (balise en anglais) est un boîtier de quelques centimètres pouvant être placé n’importe où. Il émet alors sur une portée très faible en Bluetooth Low Energy (BLE), géolocalise et communique avec les smartphones qui sont à proximité, on parle alors de micro-géolocalisation.

Le principe est assez simple, la balise émet un signal permanent afin de communiquer avec les smartphones possédant l’application correspondante, celle-ci vous demandera l’autorisation d’accès à vos informations de géolocalisation.

Le point de vente va alors pouvoir interagir et pousser de l’information en fonction de la proximité du smartphone du prospect et de la balise, améliorant ainsi l’expérience de l’utilisateur.

Les exemples d’utilisations sont simples et géniaux :

  • Proposer les promotions des magasins à proximité,
  • Naviguer avec son smartphone dans une boutique et recevoir des informations des produits devant lesquels vous passez,
  • Animer un parcours client dans un salon professionnel,
  • Enrichir la visite d’un musée,
  • Créer un jeu de piste… .

Exemple d'utilisation d'un iBeacon

De plus, le point de vente peut, grâce au tracking, mesurer le nombre de personnes présentes et connectées dans le magasin, exploiter les déplacements des clients afin de connaître les rayons les plus fréquentés ou encore, suivre l’impact que pourrait avoir une animation commerciale sur le plan de circulation.

Peu coûteux avec une transmission des données quasiment instantanée sur une micro-géolocalisation, le Beacon est donc un futur élément majeur à prendre en compte dans vos démarches de marketing de mobilité et de proximité et certains l’ont bien compris.

Un des exemples d’utilisation des Beacons que nous aimons bien est la solution de Datafirst (que nous avons le bonheur de compter parmis nos clients). Découvrez Arié Toledano, Président de Datafirst, expliquer l’intérêt des Beacons comme nouvelle solution pour le marketing en concessions automobiles :

Si ça vous intéresse, vous pouvez en savoir plus sur : DataCar Wallet – La solution de marketing mobile pour les concessionnaires automobiles !

Et vous, quelle utilisation du marketing de proximité vous amuse le plus ?!